anglais

5 bonnes raisons d’apprendre l’anglais dès maintenant (ou s’y remettre!)

La muraille de Chine n’est pas visible depuis l’espace. On ne doit pas le théorème de Pythagore à Pythagore (ni celui de Thalès à Thalès d’ailleurs). Il n’y pas d’« alpha » ou mâle dominant dans une meute de loup. Les chiffres dits « arabes » ne sont pas d’origine arabe. On s’arrête là ? Allez, un dernier pour la route : les français ne sont pas mauvais en anglais. Ni dans n’importe quelle autre langue d’ailleurs. Ah… je me sens mieux ! 🙂
Le thème du jour : apprendre l’anglais.

L’anglais? Pourquoi faire?

Dans son livre « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études », Olivier Roland affirme que ceux qui ne parlent pas anglais aujourd’hui sont un peu les « analphabètes » du XXIème siècle. Un peu dur quand même non? Pourquoi dit-il ça ce brave Olivier? Et surtout quel est le rapport entre apprendre l’anglais et l’analphabétisme?

Faire partie des “analphabètes”, hier comme aujourd’hui, vous rend dépendant de ceux qui savent. Ceux qui liront à votre place, ceux qui écriront à votre place, ceux qui signeront à votre place.

Olivier Roland, Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études.


Donc ne pas parler anglais = dépendance? C’est vrai! Avec la mondialisation, l’anglais fait partie intégrante de nos vies. Ce n’est même pas un « plus » de le savoir, c’est une nécessité. Comme la lecture il y a 100 ans… J’ai encore l’image de Gilles, un collègue et ami qui m’a ÉNORMÉMENT appris. À l’occasion de son pot de départ il y a deux mois, nous lui avions offert un kit Bluetooth à intégrer sur son casque de moto. Heureusement que l’un de nous avait le même kit et qu’il a pu lui installer car toute la notice était en anglais… En d’autres termes, le mec est un ponte dans son domaine, mais il est incapable de quoi que ce soit dès qu’il s’agit de parler anglais. C’est comme si je prêtais mon MacBook à Léonard de Vinci. Il serait bien emmerdé.

Concernant Gilles il s’agit d’une notice, mais combien de fois par semaine ma mère m’appelle pour lui traduire un message d’erreur sur son ordinateur ou un mail qu’elle a reçu. Je te laisse imaginer la conversation lorsqu’elle essaie de me lire le message à traduire. C’est parfois très drôle.

Maintenant qu’on a posé les bases, entrons dans le vif du sujet. Comme ça. Pas de plan compliqué. Juste 5 bonnes raisons d’apprendre l’anglais.

Apprendre l’anglais pour voyager

Je n’ai pas forcément envie de commencer ce top 5 en t’écrasant avec des informations brutes, mais là je n’ai pas trop le choix. Désolé copain. L’anglais est :

  • la langue la plus parlée au monde,
  • dans le top 3 des langues maternelles avec le chinois et l’espagnol,
  • la langue la plus enseignée en tant que langue étrangère à travers le monde.

« La suprématie socio-économique des États-Unis, d’où découle une puissante hégémonie culturelle, a fait de l’anglais, en quelques décennies, la langue de communication universelle incontestée. Il n’y a guère de précédents (…) si on excepte le cas (…) du latin, de la fin de l’Antiquité à la Renaissance. »

Maurice Pergnier, professeur de linguistique générale à Paris XII, 1989

Si on ajoute à cela que l’anglais a le statut de langue officielle dans près de 53 États, on peut dire qu’apprendre l’anglais peut rendre 2 ou 3 services quand on voyage. L’anglais est selon moi une langue « 20/80 ». Tu sais, cette fameuse loi des 80/20 (ou loi de Pareto, du nom de l’économiste italien Vilfredo Pareto) qui dit que 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. En adaptant cette loi à notre sujet du jour, on peut dire qu’apprendre l’anglais est une des langues qui te servira plus que toute autre dans la plupart des pays que tu visiteras. Autrement dit : si tu ne devais en choisir qu’une, autant que ce soit celle-là 🙂

Même au fin fond de la Sibérie tu trouveras quelqu’un avec qui parler anglais… je sais j’y ai été :p

parler anglais et voyager à Hong Kong
L’anglais permet de se débrouiller dans une grande partie du monde,
comme ici à Hong Kong
Crédit: Steve Soyeux

Apprendre l’anglais et découvrir du contenu non disponible en français

Bien que la situation se soit améliorée, un grand nombre de livres ne sont disponibles qu’en anglais. Alors oui, tu trouveras la série Harry Potter en français, de même que d’autres classiques du divertissement. Mais beaucoup de bijoux ne sont disponibles qu’en anglais, notamment les livres business et un grand nombre de biographies. Il en est de même pour certains cours en ligne. Ces derniers mettent parfois plusieurs années à arriver en France ! J’ai en tête l’exemple du MOOC* Learning how to learn du Dr Barbara Oakley. J’ai suivi ce cours il y a au moins 5 ans. Aujourd’hui, il est disponible dans presque toutes les langues, mais à l’époque, il fallait obligatoirement se coltiner les cours de neurosciences en anglais 😅

J’aimerais d’ailleurs qu’on m’explique pourquoi on traduit les œuvres de grands auteurs de littérature, qui par essence, poussent leur langue dans ses retranchements, et pas certains piliers de l’entreprenariat qui pourraient changer des vies. C’est dommage ! Comme si c’était secret tiens. Enfin… secret seulement pour ceux qui ne parlent pas anglais 😉

Parce que OUI, ne pas comprendre l’anglais signifie dépendance, mais également passivité. Une grande partie du monde de demain est en train de naître ailleurs qu’en France, pas forcément dans un pays anglophone d’ailleurs. Mais quelque soit le changement en question, et quelque soit le pays d’où cela viendra, l’information sera disponible avant tout en anglais. C’est comme ça 🤷🏼

Elon Musk The Joe Roagan Experience
Les émissions de Joe Rogan (ici avec Elon Musk), un exemple de contenu de qualité non traduit

Avant de passer au point suivant, je vous dois la définition du terme MOOC. Il s’agit de « Massive Online Open Courses ». Ce sont des cours proposés par des grandes écoles ou des universités et diffusés sur internet. La plupart du temps gratuitement ! Un article sur le thème des MOOC est d’ailleurs en préparation, stay tuned comme on dit 😉

En attendant, voici la liste des plateformes de MOOC les plus connus :

Tu connais déjà une TONNE de vocabulaire !

Eh oui ! Même s’il ne s’agit pas d’une langue latine, 28,24 % de l’anglais est composé du latin et de presque 29 % de langue française et normande (environ 15000 mots sont pratiquement identiques).

L’inverse est également vrai ! Dans le sens où nous connaissons pléthore de mots anglo-saxons. Ils sont écrits sur nos instruments de la vie quotidienne. Ils sont tellement répétés dans les médias qu’ils font partie intégrante de la langue française contemporaine mondialisée. Certains pensent que c’est mal… Que l’anglais remplace petit à petit le français. Qu’il faut bannir les anglicismes (bah oui, vous savez, ils ont quand même brûlé Jeanne d’Arc!). Disons simplement que l’énorme place de l’anglais dans le français est une réalité. Et que cette réalité implique quelque chose d’essentiel: dans l’apprentissage de l’anglais nous NE PARTONS PAS DE ZÉRO ! C’est juste impossible, et c’est toujours ça de gagné 🙂

dictionary
L’anglais compte près de 15000 mots proches du français

Nous sommes exposés à l’anglais tous les jours. Même pour l’ami Gilles dont je t’ai compté les aventures en introduction. Si demain il décidait d’apprendre l’anglais, il ne partirait pas de zéro. C’est quand même un sacré avantage!

On se fait un debriefing à l’after-work ? En plus ce sera l’happy hour ! Mais gare à un remake de l’autre fois… je veux bien que ce soit open bar, mais de là à finir carpet… Tu vois? 🙂

Les facilités de l’anglais : un gain de temps énorme.

Je n’aime pas dire qu’une langue est facile (ou difficile d’ailleurs) car ce ne serait pas vrai. Disons que suivant la ou les langues que nous parlons déjà, nous aurons des facilités. De plus, affirmer que l’anglais est une langue facile serait destructeur pour la motivation de celui qui galère à l’apprendre… Alors qu’il n’a peut-être juste pas la bonne méthode !

L’anglais n’est pas une langue facile donc, mais tu peux tirer avantage de 3 de ses caractéristiques ! Oui, ce point là est un 3 en 1 🙂

Pas d’alphabet compliqué à apprendre !

Eh oui, pour nous petits français, pas de surprise concernant l’alphabet. Certes la prononciation est une autre histoire, mais au moins, pas de nouvelles lettres ou d’idéogrammes, tu restes en terrain connu.

Pas de genre grammatical !

Ce qui enlève quand même quelques prises de tête. En russe par exemple : les noms, les adjectifs et les pronoms se déclinent (parfois de plus de 10 façons différentes en comptant le pluriel). Je te laisse imaginer le casse-tête à apprendre. C’est aussi le cas du finnois, du polonais, du tamoul, de l’allemand et de bien d’autres langues encore ! L’anglais est quand même plus simple à ce niveau là. Tu en conviendras 🙂

Pas de conjugaison ! (enfin presque)

Bon, j’avoue, il y a un « presque », mais il suffit d’ajouter un -s à la 3ème personne du singulier, et fin de l’histoire ! Ne pas avoir à apprendre de conjugaison est un gain de temps énorme. Et comme l’anglais possède tout de même son lot de joyeuseté… c’est toujours ça de prit !

parler anglais roadtrip scandinavia
L’anglais m’a plutôt bien servi pour ce trip en autostop au nord de la Scandinavie

Les ressources pour apprendre l’anglais sont illimitées

Étant la langue la plus utilisée sur internet, l’anglais est LA langue pour laquelle il existe le plus de ressources. Celles-ci sont quasi inépuisables. C’est la langue la plus utilisée sur internet. Tu peux trouver des articles, des vidéo, des livres ou encore des forums qui traitent de N’IMPORTE QUEL sujet. Je te défie d’ailleurs de trouver un sujet qui ne soit pas abordé en anglais. Chacun y trouvera son compte 🙃

Et Dieu sait qu’il est important sinon essentiel de faire ce que l’on aime dans la langue que l’on étudie.

Concernant les méthodes de langue : idem. Étant la langue la plus enseignée au monde, tu trouveras une méthode quelque soit ton niveau : du pur débutant au niveau C2. Il existe même des méthodes pour apprendre l’anglais comme il est parlé aux États-Unis, en Australie, etc. Rien de tel pour se motiver qu’un beau voyage. Sympa non ?

°°°

J’ai volontairement omis de parler de quelque chose en introduction… Tu te souviens du parallèle entre ne pas parler anglais aujourd’hui, et ne pas savoir lire au siècle dernier. En fait, Olivier Roland insère aussi dans l’équation le fait de ne pas continuer à se former tout au long de sa vie. C’est un sujet qui m’est cher et qui trouve parfaitement sa place avec l’apprentissage de l’anglais. Je terminerai donc cet article en te laissant réfléchir à cette citation :

Le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment est maintenant.

Proverbe chinois

°°°

Même si je t’ai convaincu, je vais quand même résumer brièvement les idées développées. L’anglais, c’est:

  1. la langue 80/20 du voyage
  2. du contenu exclusif
  3. une langue qu’il est IMPOSSIBLE de commencer de zéro
  4. pas de nouvel alphabet / pas de genre grammatical / pas de conjugaison
  5. des ressources illimitées

Clique ici accéder à la catégorie lifehack de Parlons plusieurs langues et hacker ton apprentissage.

°°°

[Dis moi en commentaire ce qui t’empêche d’apprendre l’anglais dès aujourd’hui!]

Si tu as trouvé cet article utile, tu es libre de le partager!
  •  
  •  
  •  

7 commentaires

  • Max

    Ce qui m’empêche d’apprendre l’anglais dès aujourd’hui 🤔
    Trop occupé à lire tes supers articles ! 😁

    Merci pour celui-ci, il est très motivant !

  • Lara Tabatabai

    Merci pour ton article très complet. Je dirais même qu’aujourd’hui vu que l’anglais est parlé par beaucoup de gens dont c’est la 2ème langue, on ne doit plus avoir peur de faire des fautes car c’est devenu la langue de communication : le principal est que les gens se comprennent !

    • Rom

      Merci pour ta précision Lara, c’est tout à fait exact! L’important est que le message soit délivré, même si ça doit passer par des gestes 🙂

  • fortinelizabeth

    Merci pour cet article ! Je suis d’accord que l’anglais se trouve de partout de nos jours et que même si notre anglais n’est pas parfait, ce n’est pas grave tant que nous sommes compréhensibles. Je suis formatrice en anglais et je vois qu’il y a un réel besoin, mais je préfère des élèves qui arrivent à se faire comprendre même s’ils font des fautes qu’un élève qui ne tente rien car le secret c’est la pratique. Comme tu l’as dit, c’est la langue internationale, même si l’on va dans un pays non anglophone, il est plus facile d’apprendre les bases de l’anglais que les bases de toutes les langues des pays où nous voyageons. J’aime beaucoup ta référence au livre d’Oliver Roland aussi 😉

  • Nadia - Miss Copywriting

    Et bien voilà un article qui est bien motivant! Tes arguments sont assez implacables 😊.
    Ça fait un petit temps que j’ai envie de me remettre à l’anglais et bien j’ai l’impression que tu m’as convaincue! Merci!

Laisser un commentaire

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre

- Discipline & Langues étrangères -

%d blogueurs aiment cette page :